Chapitre 8 / LES PRISES DE RISQUES DANS LEUR CONTEXTE

Grâce à l’alliance des ethnographes, des épidémiologistes et de l’outreach, la recherche fait un bond en avant ; son développement est international. Les résultats portent sur les usages, les prises de risques et les conditions du changement des comportement. Ces changements se font de proche en proche, en réseau. Ils sont fonction de la, façon […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 9 / LA PRISE DE RISQUES DANS LES RELATIONS SEXUELLES

Peu d’usagers de drogues ont adopté le préservatif ; leur comportement est comparable à celui des groupes sociaux auxquels ils appartiennent au-delà de l’univers des drogues, qu’ils soient jeunes des cités, qu’ils appartiennent aux classes moyennes ou à la jeunesse dorée. Expérimentation des relations affectives et sexuelles et expérimentation de l’usage de drogues ou d’alcool […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 10 / ARCADES, UNE ACTION COMMUNAUTAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS

En 1990, Arcades, une association de la Seine-Saint-Denis, associe des usagers de drogues à une action de prévention du sida. En 1992, elle hérite du programme d’échange de seringues du département. La méthodologie d’implantation dans les cités est rigoureuse ; le projet se développe tandis que les tâches se multiplient. Une boutique, le Pau, est […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 11 / SANTÉ PUBLIQUE, SANTÉ COMMUNAUTAIRE

Les actions de terrain doivent-elles être menées par des professionnels, par des, acteurs communautaires ou encore par une alliance de ces deux types d’acteurs ? Ces actions ne se recoupent que partiellement. L’efficacité de la prévention tient à l’implication d’acteurs appartenant au milieu. L’action communautaire conforte les normes sociétales. L’accès aux soins exige des professionnels […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 13 / LA MÉDICALISATION : UNE ILLUSION DANGEREUSE ?

Le refus de la médicalisation est un des principes fondateurs du système de soins français ; la contestation ou l’errance ne devait pas être médicalisée. Pour légitime que soit cette position de principe, elle a eu sur le terrain des effets imprévisibles. La dégradation de l’état de santé des usagers d’héroïne a été invisible ; […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 14 / QUAND LE CHANGEMENT DES PRATIQUES PRÉCÈDE LE CHANGEMENT DES OPINIONS

Les premières expérimentations commencent au cours des années quatre-vingt avec pour objectif le sevrage. Elles se heurtent à la hantise de h morphine que les médecins se refusent à prescrire, y compris dans le traitement de la douleur. Tous hésitent à utiliser le carnet à souche1, nécessaire à la prescription de la morphine. Quelques médecins […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 16 / DU CONTRÔLE DE L’USAGE AU TRAITEMENT : « MÉTHADONE- INSERTION » À PIERRE-NICOLE

1990, Didier Touzeau et moi-même ouvrons un programme méthadone au centre Pierre-Nicole avec douze patients qui s’ajoutent aux quarante patients français dam les deux centres ouverts depuis 1973. Malgré les limites de œ projet (doses et durée de traitement limitées), nous obtenons clés résultats convaincants : les usagers renoncent à la prise quotidienne d’héroïne. Mon […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 17 / GENÈSE D’UN MÉDICAMENT

Dans l’histoire française des traitements de substitution, le Temgésic a joué un rôle clé à un double titre. C’est principalement avec ce médicament contre la douleur que les médecins français se sont initiés aux traitements de substitution, et c’est encore avec ce médicament que s’ouvre le débat public. La buprénorphine, qui en est le principe […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 18 / MÉDECINS OU DEALERS EN BLOUSE BLANCHE ?

Le débat public s’ouvre avec un appel publié dans Le Monde du 9 septembre 1992 adressé aux médecins généralistes : les patients dépendants d’un opiacé sont clans l’urgente; il faut accepter clé recourir aux médicaments de substitution. En octobre 1992, Bernard Kouchner propose un plan pour répondre à l’urgence du sida; il demande l’ouverture de […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 19 / LA RÉDUCTION DES RISQUES INFECTIEUX : L’INVENTION D’UN DISPOSITIF

Lorsque Simone Veil est nommée au ministère des Affaires sociales, elle prend connaissance du dossier. Entre septembre 1993, date du plan gouvernemental, et mars 1994, elle a déjà mis en œuvre 217 places méthadone, 16 programmes d’échange de seringues, 4 boutiques, sans compter les réseaux de médecins généralistes. En juillet 1994, elle a achevé la […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 20 / L A MÉTHADONE EST-ELLE UN SUBSTITUT À LA PROHIBITION ?

La méthadone donne-t-elle accès à un produit ou à un traitement ? Si la toxicomanie n ‘est pas une maladie, la prescription médicale revient à une hypocrite mise en vente libre. Or, dans le régime prohibitionniste imposé par les conventions internationales, l’accès libre à un produit n’a pas toujours des effets heureux ; celui-ci peut […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 22 / USAGERS DE DROGUES OU PATIENTS ?

Les usagers (le drogues, qui se regroupent durant l’hiver 1992 dans l’association ASUD, se réclament des droits de l’Homme même s’ih se droguent. Es doivent pouvoir protéger leur santé, et l’association demande seringues stériles et produits de substitution. Les usagers demandent d’abord des produits injectables, morphine ou méthadone injectable à défaut d’héroïne. Spontanément, celui qui […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 23 / LA CLINIQUE LIBERTÉ, ENTRE TRAITEMENT ET ACTION COMMUNAUTAIRE

À la clinique Liberté, les usagers s’approprient le traitement et,plus largement, la réduction des risques. A Bagneux, la méthadone n’est pas triste, même s’il faut affronter la souffrance et la maladie, l’alcool et la cocaïne. Nous travaillons à la standardisation du traitement. Le choix de Bagneux En octobre 1993, Didier Touzeau et moi ouvrons notre […]

Cliquer pour continuer la lecture