Les dommages liés aux addictions et les stratégies validées pour réduire ces dommages

Principaux axes du rapport

Les experts estiment que la consommation de drogues est « inhérente à la condition humaine » et qu’il serait « illusoire de vouloir [la] faire disparaître ». L’enjeu d’une « politique de réduction pragmatique des dommages » liés aux drogues est donc central.

Une meilleure cohérence de la législation entre drogues licites et illicites est préconisée, la tendance à se focaliser sur la pénalisation du cannabis cachant notamment la sous-évaluation des dommages de l’alcool chez les jeunes. La hausse de la fiscalité sur le tabac et l’alcool et un meilleur contrôle du marketing sont des pistes d’intervention privilégiées.

En termes de prévention, le rapport propose des actions ciblées envers les jeunes, les femmes et les populations précaires. Enfin, le Pr Reynaud propose des Etats généraux des addictions pour aboutir à l’élaboration d’une loi d’orientation et appelle le président François Hollande à faire de cette lutte une priorité.

Le prochain plan gouvernemental de lutte contre la drogue, les addictions et les dépendances avec ou sans substance de la MILDT sortira en juillet et s’inspirera notamment de ce rapport. L’une des priorités en sera les jeunes.

Sélections : Autres Auteurs Mots clés : .