« Drogues, parlons vrai »

Tribunes / Libération François-Xavier Colle * Anne Coppel ** Serge Hefez *** La Loi du 31 décembre 1970 fête ses trente ans. Triste jour. Un exemple parmi tant d’autres au hasard d’une actualité désormais banale. « Castelnau : les gendarmes traquent le hasch au lycée. Pendant près de trois heures, plusieurs dizaines d’élèves contrôlés ” Suit […]

Pour la dépénalisation du cannabis

TRIBUNE – LIBÉRATION

FRANÇOIS-XAVIER COLLE
ANNE COPPEL
SERGE HEFEZ

Loin de protéger les jeunes, la loi de 1970 qui criminalise l’usage de drogue, cannabis compris, les prive au contraire de dialogue avec la société et la famille.

Les usages de drogues, les profils et les trajectoires

Chapitre de La méthadone et les traitements de substitution, en coll. avec William Lowenstein, GOURARIER Laurent, Bertrand Lebeau, Serge Hefez, 1995 Diversité des usages Une des difficultés auxquelles le praticien est confronté est la diversité des usages de drogue. Il n’existe pas de portrait type de l’usager de drogues, qui ne peut être défini ni […]

« Qui ne dit mot consent »

Tribune, Libération Les docteurs Clarisse BOISSEAU et Jean CARPENTIER, médecins généralistes, sont interdits d’exercer pour un mois, sur plainte de la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales, par le Conseil Régional de l’Ile-de-France de l’Ordre des Médecins pour avoir prescrit de la Buprénorphine à des usagers de drogue en 1993. Il leur est explicitement […]

Toxicomanie : la fin des libertaires

Tribunes / Libération Serge HEFEZ*, Face à la toxicomanie, le «système de soins français » s’est construit sur une série de ruptures (rupture avec le social, rupture avec le médical, rupture avec le judiciaire) qui sont aujourd’hui lourdes de conséquences. Les années 70 ont été marquées par une formidable effervescence de groupes, mouvements, comités d’action […]

Limiter la casse / Présentation /

Le 19 octobre 1993, le collectif publie un appel dans Le Monde et Libération qui commençait par « Des toxicomanes meurent chaque jour du sida, d’hépatite, de septicémie par suicide ou par overdose. Ces morts peuvent être évitées, c’est ce qu’on appelle la réduction des risques … » et se terminait par : « L’alternative entre incarcération ou obligation de soin est une impasse. La responsabilité des pouvoirs publics est engagée comme elle le fut dans l’affaire du sang contaminé. Parce qu’une seule injection suffit pour devenir séropositif, parce que les toxicomanes sont nos enfants, nos conjoints, nos voisins, nos amis, parce qu’on ne gagnera pas contre le sida en oubliant les toxicomanes, limitons la casse ! »