image AFR

Enquête AFR « Réseau RDR français » – Projet européen « REZOLAT »

Les enjeux de l’institutionnalisation du dispositif nationale RDR 

  • Durée de l’enquête : Novembre 2003 – janvier 2004
  • Base : Listing de la DATIS
  • Pour des raisons liées à l’histoire de l’AFR et au projet REZOLAT, cette enquête a été effectuée en deux temps par deux équipes totalement différentes :
  • L’élaboration du questionnaire et sa passation par l’ancienne équipe en charge du projet REZOLAT : Pierre GOISSET & François-Georges LAVACQUERIE
  • Son traitement et analyse par les nouveaux responsables : Anne COPPEL & Jean Marc PRIEZ
  • Procédure : Enquête effectuée sous forme d‘entretien téléphonique, par l’administration d’une série de 119 questions regroupées sous différents thèmes.
  • Durée moyenne de l’entretien : 1 heure

 

1°) Objectifs initiaux de l’enquête : une évaluation qualitative du secteur par les acteurs de la RDR

Le questionnaire a été élaboré avec l’ambition de rendre compte de l’évaluation que font les équipes de la situation et des difficultés aux quelles elles sont confrontées ; aussi nombre de questions étaient-elles qualitatives. Un traitement informatique était prévu ; il devait permettre les croisements nécessaires à l’interprétation des réponses. Ce traitement informatique n’a pas pu être mis en œuvre. Il s’est heurté des difficultés méthodologiques qui ont conduit à modifier les objectifs initiaux.

2°) Difficultés méthodologiques

La principale difficulté méthodologique est due à l’hétérogénéité du secteur.
Les adresses de la DATIS renvoient aux différentes configurations : association de réduction des risques autonomes, service RDR identifié et rattaché à un dispositif autre ou encore référent d’une action RDR intégrée à un programme autre (soins aux usagers, la lutte contre le sida ou contre l’exclusion etc).

Cette hétérogénéité n’avait pas été prise en compte dans le questionnaire. Celui-ci présupposait une équipe salariée chargée d’un programme ; or les actions RDR sont le plus souvent intriquées. Accueil, travail de rue, distribution de seringues, sorties festives ou hébergement : ces différentes actions sont souvent associées ; elle renvoient à des réalités de terrain très différentes selon qu’elles sont mises en œuvre par des équipes identifiées avec une organisation spécifique ou que ces actions remplissent des fonctions complémentaires : distribution de seringues à la demande dans le cadre d’un accueil ou organisation d’un programme d’échange de seringues avec une équipe identifiée ; sorties festives occasionnelles une ou deux fois par an ou équipes formées pour ce faire.

Le nombre de seringues ou le nombre de sorties indiquent indirectement s’il y a ou non un programme spécifique mais encore s’agit-il là d’une interprétation à discuter.

Distinguer les équipes de rue du travail de rue aux alentours d’un accueil sans budget spécifique ou personne identifiée ou encore distinguer un accueil spécifique aux usagers de la RDR d’un accueil organisé dans un autre cadre (soin, exclusion, sida etc) s’est révélé plus difficile, voir impossible. Or sur le terrain, ces différents types d’actions offrent des services de qualité très inégale. Selon les questionnaires, la plupart des accueils font du travail de rue mais sans qu’il s’agisse d’équipes et de budget identifiés. Presque tous les BUS sont associés à des accueils mais sur le terrain, le recours à un accueil peut être exceptionnel, la personne interviewée signalant seulement cette possibilité pour des accompagnements particuliers tandis que d’autres accueils sont ouverts à tous les usagers sur des horaires identifiés avec une équipe précise.
La question d e l’hébergement illustre ces difficultés : on a toutes les raisons d’être surpris par le nombre important d’équipes offrant de l’hébergement mais cette offre prend différentes formes : appartement thérapeutique impliquant une démarche de soin, téléphone du SAMU social, lits réservés dans le cadre d’un dispositif généraliste ou encore budget spécifique de chambres d’hôtel ont été cités sans qu’il soit toujours possible de les distinguer.

Enquête AFR/REZOLAT 2004

La non prise en compte du bénévolat dans le questionnaire est une autre difficulté : il a parfois été passé sous silence, et parfois assimilé à une équipe salariée –par exemple, lorsque le nombre de bénévole est fixe dans une action régulière. Aussi nous a t-il fallu renoncer au traitement quantitatif des budgets et de la composition des équipes.

3°) redéfinition des objectifs : vers un état de lieux objectivable

Dès la passation du questionnaire, certaines de ces difficultés ont été identifiées, par exemple par des doublons qui ont mis en évidence que certaines des réponses (budget, équipes etc), portent sur le dispositif général et non sur l’action de RDR correspondant au questionnaire L’interprétation des réponses s’est révélée plus problématique encore.

Association RDR, soins aux usagers de drogues, lutte contre le sida, humanitaire, réseaux Ville-Hôpital, chacun de ces secteurs d’activité a sa problématique propre, l’interprétation des réponses exigeait d’identifier le type de structure.

Or, l’identification des structures si elle avait bien été prévue, ne rendait pas compte de la diversité des configurations. En principe préalable au traitement informatique, cette identification a exigé une analyse de chacun des questionnaires en croisant différentes questions.

Ce travail effectué manuellement répond aux questions quantitatives qui ont pu être objectivées. C’est ce travail qui est présenté ici.
Il a permis d’identifier les marges d’incertitude qui ont rendu irréalistes le traitement informatique des questions qualitatives.

Même si les questions traitées sont purement quantitatives, les difficultés que nous avons rencontrées sont significatives de ce que font et vivent les équipes de réduction des risques ; elles donnent la mesure de la tâche à accomplir pour parvenir une modélisation des actions menées dans ce secteur.

Au total, 18 questions ont pu être traitées à partir des questions quantitatives ; elles donnent un premier descriptif de l’état des lieux.

 

POUR LIRE CETTE ENQUÊTE AFR / REZOLAT CLIQUEZ ICI

 

 

 

Sélections : Recherches Mots clés : , , .