LIVRE COLLECTIF / CONTRIBUTION : « Espaces genrés des drogues, Parcours dans l’intimité, la fête et la réduction des risques »

L’ouvrage  « Espaces genrés des drogues. Parcours dans l’intimité, la fête et la réduction des risques » aux Éditions Le Bord de l’eau, est l’issue des échanges et réflexions au sein de la série de journées d’études Drogue, Genre, Ville (lien vers la visioconférence d’Anne Coppel et autres infos).

Il a été coordonné par Mélina GermesJenny KünkelEmmanuel LangloisSarah PerrinRoxane Scavo, et rassemble les contributions suivantes :

  • Anne Coppel : Histoire des usagères de drogues et réduction des risques face au stigmate
  • Florent Schmitt : L’accès des femmes aux Caarud : une discrimination négative indirecte
  • Maïa Neff : Les maternités acceptables en centre de soins aux addictions
  • Sarah Perrin : Couples et drogues. L’influence des drogues sur le choix du partenaire, les dynamiques conjugales et les séparations
  • Emily Nicholls : Genre, alcool et quartiers « chauds » dans le monde de la nuit mainstream à Newcastle (Royaume-Uni)
  • Roxane Scavo : Le genre des pratiques festives de centre-ville à Bordeaux, entre espaces de plaisir et de maîtrise de soi
  • Jenny Künkel : Gouverner les drogues et la sexualité dans les lieux festifs féministes alternatifs en Allemagne
  • Solenn Real Molina : Usages de drogues et personnes queer dans les espaces urbains : quelles approches pour une recherche critique

Les perceptions des drogues et des problèmes qui y sont associés sont biaisées en faveur d’une représentation androcentrée et cis-hétéronomée.

Dans l’imaginaire et les discours publics, les femmes, personnes queers et trans sont considéré·e·s comme des exceptions – soit implicitement abstinent·e·s, soit avec des conduites à haut risque comme les travailleuses du sexe, les mères toxicomanes, les femmes agressées dans les fêtes ou les chemsexeurs gays.

Ces représentations sont partagées et parfois amplifiées par les politiques publiques de lutte contre les stupéfiants, les pratiques ordinaires de la police ou encore les professionnel·le·s en charge de la prévention et de la réduction des risques.

En questionnant les constructions de genre autour de la consommation de drogue et d’alcool, cet ouvrage vise aussi à sortir de l’implicite neutralité des dispositifs institutionnels, à se détacher de la dichotomie simplificatrice entre espaces publics et privés pour privilégier des analyses fines des espaces, spatialités et enjeux spatiaux.

Les contributions de cet ouvrage dévoilent ces biais de perception et dessinent une nouvelle géographie des drogues en montrant l’ancienneté et la variété des consommations féminines et LGBTIQ de drogue et d’alcool. Traversant plusieurs contextes sociaux, une diversité de lieux et de villes, il contribue à rendre visibles les pratiques, leurs significations ainsi que les luttes et rapports sociaux de pouvoir qui les accompagnent.


      

Vous pourrez échanger

avec les auteur-ices

lors de rencontres :


   Vendredi 10 juin 2022, à 17h30, par zoom : 

https://cnrs.zoom.us/j/92540479635?pwd=TFlqcGhFeHZTR3FSdHVCSnVBVGg4QT09


  Mardi 14 juin à 19h, à la librairie associative « Transit » à Marseille


 

THÈMES & CATÉGORIES : Autres Auteurs, Contributions et Chapitres d'Anne Coppel, Livres, MÉDIAS, Politiques des drogues / Actualités, Presse, Thème : Genre et sexualités, Thème : Politique des drogues, Thème : Réduction des risques - MOTSCLÉS : , , , , , , , , , , , .