logo-peddro-unesco

L’outreach : l’art difficile de toucher les populations exclues

RECHERCHE

Peddro, numéro spécial, Unesco et Onu-Sida

Décembre 2001

 

Cette approche d’alliance sociale est d’une efficacité unique quant à la diminution de la contamination du VIH auprès des usagers de drogues.

En 1992, le NIDA (National Institute on Drug Abuse), organisme de recherche des Etats-Unis, fait l’évaluation des actions de prévention qu’il subventionne depuis 1987. Premier résultat : elles ont été d’une efficacité remarquable. À San Francisco, par exemple, la majorité des injecteurs ont appris à stériliser leur seringue en moins d’un an. Deuxième résultat : l’information se diffuse d’autant mieux que des usagers de drogues ont été associés. Lorsqu’un usager dit à un de ses compagnons «attention, n’en prends pas» ou bien «surtout, ne fait pas ça», il est généralement écouté attentivement. C’est avec de tels messages que les usagers évitent les overdoses ou les produits frelatés. L’information est crédible parce que les deux interlocuteurs partagent une même façon d’évaluer les risques. De plus, l’usager de drogues ne se contente pas de dire ce qu’il faut faire, il montre comment le faire.

Si l’association des usagers de drogues aux actions de prévention est une condition de leur efficacité, il n’existe pas de formule magique sur la façon de procéder. Sur le modèle des associations d’homosexuels, des associations d’usagers se sont créées aux Pays-Bas, en Australie, en France, et elles ont pu jouer un rôle important dans l’élaboration et la diffusion des messages. Mais ces associations sont peu nombreuses et fragiles (cf. p. 85). Les actions

de santé communautaire ont le plus souvent associé professionnels de santé ou bénévoles et usagers de drogues dans des équipes de rue dont la mission est d’aller au-devant des usagers de drogues.

 

NAISSANCE DE L’OUTREACH

Ces équipes de rue ou «outreach» ont été expérimentées dès la fin des années soixante. Une des expériences fondatrices a été menée à Chigaco, dans un quartier noir et pauvre, confronté à une épidémie d’héroïne. Pour les experts de l’époque, la toxicomanie était une maladie incurable. Le Dr Hughes refuse ce fatalisme et fait appel à toutes les ressources existantes, ouvre un centre de soin avec cure de sevrage, méthadone et traitement résidentiels. Pour comprendre ce qui se passe dans le quartier, il fait appel à l’ethnogaphie et à l’épidémiologie. L’équipe du Dr Hughes trouve le soutien des responsables municipaux et du mouvement des Black Panthers, très implan- té dans ce quartier. Mais c’est avec les héroïnomanes de celui-ci, les premiers concernés, que l’équipe se constitue. Les débuts sont chaotiques, un usager rechute, un autre s’avère peu fiable. Il faudra le recrutement d’un héroïnomane respecté de tous pour que l’équipe d’outreach trouve ses marques. L’action, menée entre 1968 et 1974, a obtenu des résultats appréciables ; presque tous les héroïnomanes du quartier ont pu avoir accès à un traitement ; certains se sont désintoxiqués, d’autres sont restés en traitement par la méthadone. Un temps et dans ce quartier précis, les consommations d’héroïne ont pu être contenues. Il n’est pas de victoire définive; dès que la mobilisation se relâche, les consom- mations de drogues repartent sous une forme ou sous une autre.

 

FACE AU SIDA

Héritière de cette première expérience, une équipe s’est mobilisée à Chicago dès 1985 cette fois pour faire face au sida. S’élabore ici le modèle d’intervention qui fait appel aux «leader naturels» (Indigenous Leader Models), l’action obtient également des résultats immédiats. Les projets qui s’en inspirent n’ont pas toujours eu les mêmes succès. Les difficultés commencent avec le recrutement. Qu’est-ce qu’un usager «crédible» ? Pourquoi un usager peut-il souhaiter intégrer une équipe d’outreach ? A priori, il doit être motivé par le désir d’aider les autres mais peut-être souhaite-t-il aussi prendre une distance avec le monde de la drogue. Cette motivation, honorable, peut être contradictoire avec sa mission qui est précisément d’aller là où l’action se passe. Et puis quelle est au juste la réputation de l’usager dans la rue ? Dix années de dépendance à l’héroïne, cinq années de prison ou dix ans de prostitution ne sont pas l’équivalent d’un diplôme professionnel, conclut un sociologue chargé de l’évaluation. Si l’expérience de vie doit être considérée comme une forme de savoir, elle ne suffit pas à trans- former l’acteur de santé professionnel. «Nous avons dans l’équipe tous les problèmes auxquels nous nous confrontons dans la rue» déplore un chef de projet. Au jour le jour, ce dernier doit trancher : faut-il ou non pénétrer ce terrain ? Faut-il ou non accompagner cet usager ? Comment réagir face à un comportement violent ? Le bon sens n’y suffit plus et les règlements sont souvent dépassés. La méthodologie de travail doit s’élaborer sans relâche avec l’équipe, elle exige une connaissance des usages, des valeurs culturelles, du contexte. Cette méthodologie est encore peu formalisée, elle s’acquiert par l’expérience.

Pourquoi certaines équipes parviennent-elles à se pérenniser quand d’autres dégénèrent plus ou moins rapidement ou ne parviennent même pas à se former ? Il n’y a pas réponse univoque, certains contextes sont certainement plus favorables que d’autres à l’action communautaire ; l’émergence de leaders est sans doute un des facteurs de réussite. On peut penser que la qualité des alliances entre tous ceux impliqués dans l’action est un facteur déterminant. Les actions de santé communautaire ne se décrètent pas, il faut des acteurs qui appartiennent au terrain pour les porter. En résumé : parmi tous les outils de la réduction des risques, l’outreach est peut-être un des plus difficiles à mettre en œuvre.

 

ÉVOLUTION D’UNE TRADITION SOCIALE

Depuis 1985, date à laquelle ont été impulsés les premiers projets, peu à peu, se construit une nouvelle professionnalité avec des compétences élaborées au croisement de la culture de la rue, des savoirs médicaux et des logiques professionnelles. Une expérience inter- nationale a été acquise qui se transmet de projet à pro- jet dans le cadre d’échanges informels, de formations, de rencontres nationales ou internationales. Malgré les obstacles, dans des environnements souvent hostiles, au mieux indifférents, la démarche communautaire se développe. Pour tous ceux qui, professionnels, bénévoles ou usagers, se lancent dans cette aventure, la réussite a quelque chose de miraculeux ou de magique ; les usagers sortent de l’ombre, apprennent à se protéger contre l’épidémie de sida et le changement ne se limite pas là. Ce qui se modifie, c’est la façon dont les usagers sont perçus et dont ils se perçoivent eux- mêmes.

Au-delà de l’approche américaine, l’outreach que l’on peut définir comme «aller vers les plus exclus» trou- ve aussi ses origines dans l’action sociale européenne. À l’époque de la tuberculose, les assistantes sociales frappaient aux portes des familles défavorisées. Dans les années cinquante, pour prévenir la délinquance, est né le statut d’éducateur : nombre d’entre eux ont été eux-mêmes des «blousons noirs». On leur a vite reconnu la capacité à être de préférence reconnu par ces groupes «déviants». La lutte contre le sida dans le champ de la toxicomanie, a en fait réactualisé une vieille méthode de l’intervention sociale, en mettant toute- fois plus l’accent sur la participation des exclus à leur propre santé. L’outreach n’est pas et ne doit pas se cantonner à une seule cible. Elle est une approche, difficile à théoriser, mais les savoirs empiriques existent. Des expériences ont lieu un peu partout vers les prostitué(e)s, les migrants, les sans-domicile fixes, etc. Autant de «groupes», souvent en rupture avec les institutions médico-sociales classiques, menacés par les abus de drogues et le sida, et pas seulement.

Sélections : Revues, Sélection d'articles par dates, Thème : Usages de drogues Mots clés : , , , , .