images vih.org

Drogue et banlieues : une histoire encore méconnue ( France, années 1970 – 1980 )

Commentaire – par Didier Touzeau : « Pour avoir vécu cette période je crois qu’il ne faut pas sous estimer dans la « contamination » de la banlieue le contexte répressif de l’époque et l’illusion partagée (à gauche comme à droite) que la drogue serait éradiquée par l’interdiction. (…) Lire la suite du commentaire publié le 5 […]

Citation et Recherche en cours

Banlieues : les oubliés de l’héroïne

Par Sylvia Zappi « Le premier à tomber fut Nasser, en 1984. Ses proches ont commencé à le voir revenir les yeux rouges, transpirant. Il était tombé dans la « blanche », l’héroïne. C’était aux lendemains de la Marche pour l’égalité et contre le racisme, dont on fête le trentième anniversaire. Nasser était allé la […]

logo_anr

Histoire de la diffusion de l’héroïne en France. Une histoire du présent, des années soixante-dix aux années 2000.

Comment depuis la fin des années 60, la consommation de l’héroïne est passée de quelques cercles restreints à des milieux sociaux très divers ? Comment les réseaux de distribution et de commercialisation se sont-ils réorganisés au cours de la période ? Quel a été impact sur les politiques publiques ? Telles sont les questions que nous nous proposons de traiter, en privilégiant deux agglomérations, Paris et Marseille. L’équipe de recherche comprend des chercheurs et des militants associatifs dans la réduction des risques liés à l’usage et la lutte contre le sida.

Recherche CNRS – ANR, 2012-2014

image vacarme

« Un maelström d’affection » entretien avec Mathieu Lindon

par Anne Coppel & Olivier Doubre  Vacarme 55, printemps 2011, pp. 68-71. Mathieu Lindon, dans son dernier livre, Ce qu’aimer veut dire, se remémore sa jeunesse à la fin des années 1970, les relations avec son père, l’éditeur Jérôme Lindon, et surtout son amitié avec Michel Foucault. Une amitié d’où les rapports de pouvoir sont bannis et où l’expérimentation […]

SOMMAIRE / LIVRE / Peut-on civiliser les drogues ?

Préface de Jean-Michel Belorgey Remerciements Introduction Prologue Partie 1 : À la rencontre des usagers de drogues 1. Aller à la rencontre des usagers de drogues : Pour quoi faire ? 2. Les cahiers de confidences. 3. Le Bus des femmes. 4. La seringue brûle les doigts. 5. Y a-t-il des toxicomanes qui se droguent […]

liberation

Les toxicos français abandonnés à leur sida

FAVEREAU Eric, Libération – Vous     Une sociologue dénonce la tardive prise de conscience des liens entre VIH et drogue. Les toxicomanes en France ont été sacrifiés au sida. Tel est le constat, brutal, qui se dégage de la passionnante étude menée par une sociologue, Anne Coppel. Dans un long article pour l’Ecole des […]

a-THS

Peut-on soigner les toxicomanes ? Les enseignements de l’histoire

Toxicomanie, Hépatite, Sida Jean Marie Guffens (sous la direction de) Éd. Les Empêcheurs de tourner en rond, 1994, pp. 43-48. CLIQUEZ ICI POUR VOIR LE SOMMAIRE DU THS n°1   Des années 1880 où les médecins diagnostiquent une nouvelle maladie, «morphinisme» puis « morphinomanie » au début du XXe siècle, différents traitements sont expérimentés, tout […]

logo-crips-idf

Stratégies collectives et prévention de l’infection par le VIH chez les toxicomanes

en résumé :
En matière de toxicomanie, la politique de hié- rarchisation des risques, plaçant la prévention du sida comme objectif prioritaire, paraît aujourd’hui incontournable même si l’objectif de désin- toxication doit être poursuivi avec un élar- gissement de l’offre de soins. Plusieurs études indiquent que les toxicomanes modifient leurs comportements face à l’épidémie, qu’il s’agisse de l’usage de drogues ou de sexualité, principalement grâce aux groupes de pairs. Les stratégies collectives peuvent être regroupées en deux catégories : les actions portant sur les déter- minants ou les conditions dans lesquelles la drogue est utilisée (accès au matériel d’injection, prescription de produits de substitution) ; les actions collectives menées au sein des groupes de toxicomanes par des membres de ces groupes (système de relais et d’entraide sur le modèle des organisations homosexuelles). Pour ces deux catégories un certain nombre d’expériences, en France et à l’étranger, sont présentées. L’efficacité de la politique de réduction des risques reste à évaluer. Même si la plupart des expériences ont prouvé leur utilité dans le cadre de la prévention du sida, aucune d’entre elles ne peut prétendre à elle seule contrôler l’épidémie. De nombreux obstacles demeurent pour développer cette nouvelle conception de l’intervention auprès des toxicomanes.

logo-journal-du-sida

Réduction des risques : de la seringue à la sexualité

La conférence au pied du mur, Berlin 7-11 juin 1993 Le Journal du Sida, n°54-55, sept.-oct. 1993, pp. 82-86.   La baisse de l’incidence du VIH chez les toxicomanes, relevée dans plusieurs villes, prouve que la politique de réduction du risque est efficace. Raison de plus pour développer l’effort en la matière, en n’oubliant pas […]

Drug Use as a Social Ritual : Functionality, Symbolism and Determinants of Self-Regulation

Instituut voor Verslavingsonderzoek, 1993. (The Lindesmith Center) – mis en ligne sur drugtext INTRODUCTION This dissertation brings together results of my NWO*-funded ethnography –into the drug taking rituals of regular users of heroin, cocaine and other psychoactive substances–, resulting studies and some twenty years of puzzlement and subsequent pondering. The NWO study was initiated in […]

Citation et Recherche en cours

Le repère du toxicomane

Un groupe de médecins lance un appel à la mobilisation des généralistes face au problème de la toxicomanie. En 1992, il n’existe guère de famille qui soit épargnée par la toxicomanie.

livre-delbrel-geopolitique-drogues

Consommation : les paradis artificiels sont-ils éternels?

Contribution in Géopolitique de la Drogue DELBREL G. (sous la direction de), Cahiers libres / Documents, Éd. La Découverte, 1991, pp. 13-28.   « Les Aryens devenaient immortels lorsqu’ils avaient bu le somma (il s’agissait sans doute de l’amanite tue-mouches, que les aborigènes du Kamtchatka absorbent aussi dans l’urine de ceux qui en ont pris); […]