Chapitre 22 / USAGERS DE DROGUES OU PATIENTS ?

Les usagers (le drogues, qui se regroupent durant l’hiver 1992 dans l’association ASUD, se réclament des droits de l’Homme même s’ih se droguent. Es doivent pouvoir protéger leur santé, et l’association demande seringues stériles et produits de substitution. Les usagers demandent d’abord des produits injectables, morphine ou méthadone injectable à défaut d’héroïne. Spontanément, celui qui […]

Cliquer pour continuer la lecture

Du militantisme à une politique de santé publique

Intervention. Conférence organisée par AIDES et La Ligue des Droits de l’Homme, « Droits de l’homme et santé publique », 11 mars 2000.   Le 30 novembre 1993, Limiter la Casse publiait dans Libération un premier appel que nous avons été nombreux, ici à signer : « Des toxicomanes meurent chaque année du sida, de l’hépatite B et […]

Cliquer pour continuer la lecture

IXe conférence internationale sur la réduction des risques : vers les pays en voie de développement

Revue SWAPS, nº 8, juin/juillet/août 1998

Pour la première fois depuis sa création en 1990, la conférence de réduction des risques s’est déroulée dans un pays du Tiers-Monde (Sao Paulo, Brésil, 15-19 mars 1998). En Europe, la réduction des risques s’est imposée, bon gré mal gré. Les dispositifs de lutte contre les drogues n’en restent pas moins des dispositifs de guerre, mais la nécessité d’une politique de santé y est du moins reconnue. La contradiction est plus violente dans les pays du Tiers-Monde, où « la guerre à la drogue » n’est pas une image: elle se mène avec des armées, tandis que les menaces qui pèsent sur la santé des hommes sont difficilement prises en compte.

Cliquer pour continuer la lecture

Appel pour la création de l’association française de réduction des risques liés à l’usage des drogues : AFRR

  Actualité Revue SWAPS, n°8, juin-juillet-août 1998   Pour la troisième année consécutive, en France, le nombre des overdoses mortelles a baissé de façon très significative. 228 décès en 1997 contre 393 en 1996 (- 41,98%) et 465 en 1995. A Paris les chiffres sont encore plus parlants: 38 surdoses mortelles en 1997 contre 62 […]

Cliquer pour continuer la lecture

La 8e conférence Internationale de réduction 
des risques (Paris) – L’émergence d’un mouvement

Editorial nº3, Revue SWAPS nº 3, Juin/Juillet/Août 1997 Après Liverpool, Barcelone, Melbourne, Rotterdam, Toronto, Florence et Hobart (Australie), la VIIIe Conférence sur la réduction des risques liés à la drogue s’est tenue cette année à Paris. Pour nos amis étrangers, le lieu est hautement symbolique. Le pays le plus réfractaire d’Europe aux politiques de réduction […]

Cliquer pour continuer la lecture

Le Toxico, acteur de santé publique

FRANÇOIS DEVINAT Libération, Rubrique Vous   La huitième Conférence internationale pour la réduction des risques chez les toxicomanes qui se tient à Paris a confirmé le rôle majeur que peuvent jouer les groupes d’usagers de drogues dans l’espace sanitaire. Anglais, Allemands, Hollandais, Français, engagés dans le mouvement de self-help provoqué par l’épidémie de sida, ont […]

Cliquer pour continuer la lecture

Les intervenants en toxicomanie, le sida et la réduction des risques

  “Vivre avec les drogues”, Communications n°166, Le Seuil, pp 75-108, 1996 Dans l’intervention auprès des toxicomanes, nous sommes à un tournant. Après trois années de débat, très centré sur les traitements de substitution, l’étau français se desserre. Notre pays reste, en matière de lutte contre la drogue, le plus répressif d’Europe (1) mais la […]

Cliquer pour continuer la lecture

Limiter la casse / Rapport d’activité 1993 / 1994

Les 4 et 5 juin 1994, « Limiter la Casse » organisait les Etats Généraux drogues et sida. Tel était l’objectif essentiel que s’était fixé notre collectif associatif. Cette idée fut lancée pour la première fois plus d’un an auparavant, exactement le 25 mars 1993.

Nous étions alors peu nombreux, avec le soutien de quelques associations, à refuser la résignation devant l’ampleur de l’épidémie à VIH chez les usagers de drogues. Par delà cette manifestation de visibilité, l’objectif essentiel était pour nous de promouvoir, développer et diversifier les outils de la réduction des risques liés à l’usage de drogues:

Un sentiment d’urgence nous animait.

Cliquer pour continuer la lecture

Stratégies collectives et prévention de l’infection par le VIH chez les toxicomanes

en résumé :
En matière de toxicomanie, la politique de hié- rarchisation des risques, plaçant la prévention du sida comme objectif prioritaire, paraît aujourd’hui incontournable même si l’objectif de désin- toxication doit être poursuivi avec un élar- gissement de l’offre de soins. Plusieurs études indiquent que les toxicomanes modifient leurs comportements face à l’épidémie, qu’il s’agisse de l’usage de drogues ou de sexualité, principalement grâce aux groupes de pairs. Les stratégies collectives peuvent être regroupées en deux catégories : les actions portant sur les déter- minants ou les conditions dans lesquelles la drogue est utilisée (accès au matériel d’injection, prescription de produits de substitution) ; les actions collectives menées au sein des groupes de toxicomanes par des membres de ces groupes (système de relais et d’entraide sur le modèle des organisations homosexuelles). Pour ces deux catégories un certain nombre d’expériences, en France et à l’étranger, sont présentées. L’efficacité de la politique de réduction des risques reste à évaluer. Même si la plupart des expériences ont prouvé leur utilité dans le cadre de la prévention du sida, aucune d’entre elles ne peut prétendre à elle seule contrôler l’épidémie. De nombreux obstacles demeurent pour développer cette nouvelle conception de l’intervention auprès des toxicomanes.

Cliquer pour continuer la lecture

Drogue et sociabilités quotidiennes dans les quartiers

Extrait d’ouvrage La Planète des drogues, Organisations criminelles, guerres et blanchiment, sous la dir. Labrousse A., Wallon A., Seuil, 1993, pp. 23-30 S’il existe quelques indicateurs – si discutables soient-ils – du marché de la drogue en termes macro-économiques, la micro-économie de la drogue reste, en grande part, une terre inconnue. C’est que la recherche […]

Cliquer pour continuer la lecture

Limiter la casse / Présentation /

Le 19 octobre 1993, le collectif publie un appel dans Le Monde et Libération qui commençait par « Des toxicomanes meurent chaque jour du sida, d’hépatite, de septicémie par suicide ou par overdose. Ces morts peuvent être évitées, c’est ce qu’on appelle la réduction des risques … » et se terminait par : « L’alternative entre incarcération ou obligation de soin est une impasse. La responsabilité des pouvoirs publics est engagée comme elle le fut dans l’affaire du sang contaminé. Parce qu’une seule injection suffit pour devenir séropositif, parce que les toxicomanes sont nos enfants, nos conjoints, nos voisins, nos amis, parce qu’on ne gagnera pas contre le sida en oubliant les toxicomanes, limitons la casse ! »

Cliquer pour continuer la lecture