Citation et Recherche en cours

Clarisse et Jean, « ravaudeurs de toxicos »

SANS qu’ils l’aient jamais cherché, la toxicomanie est venue à eux, depuis la rue. Avec la douleur de leurs patients, douleurs du corps et de la tête mêlées, les docteurs Clarisse Boisseau et Jean Carpentier ont dû tâtonner, inventer dans l’isolement de leur cabinet de généralistes. Certains de leurs confrères, si peu confraternels, les appellent […]

Cliquer pour continuer la lecture

Limiter la casse / Rapport d’activité 1993 / 1994

Les 4 et 5 juin 1994, « Limiter la Casse » organisait les Etats Généraux drogues et sida. Tel était l’objectif essentiel que s’était fixé notre collectif associatif. Cette idée fut lancée pour la première fois plus d’un an auparavant, exactement le 25 mars 1993.

Nous étions alors peu nombreux, avec le soutien de quelques associations, à refuser la résignation devant l’ampleur de l’épidémie à VIH chez les usagers de drogues. Par delà cette manifestation de visibilité, l’objectif essentiel était pour nous de promouvoir, développer et diversifier les outils de la réduction des risques liés à l’usage de drogues:

Un sentiment d’urgence nous animait.

Cliquer pour continuer la lecture

Toxicomanie : la fin des libertaires

Tribunes / Libération Serge HEFEZ*, Face à la toxicomanie, le «système de soins français » s’est construit sur une série de ruptures (rupture avec le social, rupture avec le médical, rupture avec le judiciaire) qui sont aujourd’hui lourdes de conséquences. Les années 70 ont été marquées par une formidable effervescence de groupes, mouvements, comités d’action […]

Cliquer pour continuer la lecture

Veil dope la lutte contre le sida chez les toxicomanes

François DEVINAT Premier objectif du ministère de la Santé: rendre plus accessibles les seringues neuves, afin d’empêcher la transmission du virus. Les pharmaciens ne seront ainsi plus les seuls à les distribuer. Et six cents place de distribution de méthadone ont été ajoutées au millier annoncé en septembre dernier. Détail du plan. Simone Veil, mère […]

Cliquer pour continuer la lecture

Peut-on soigner les toxicomanes ? Les enseignements de l’histoire

Toxicomanie, Hépatite, Sida Jean Marie Guffens (sous la direction de) Éd. Les Empêcheurs de tourner en rond, 1994, pp. 43-48. CLIQUEZ ICI POUR VOIR LE SOMMAIRE DU THS n°1   Des années 1880 où les médecins diagnostiquent une nouvelle maladie, «morphinisme» puis « morphinomanie » au début du XXe siècle, différents traitements sont expérimentés, tout […]

Cliquer pour continuer la lecture

Droit de réponse – docteur Francis Curtet / Le retard français

Le retard français. L’article mis en cause est le compte rendu de l’étude de la sociologue Anne Coppel, parue aux éditions du Seuil. Ce travail tentait d’expliquer, pour la première fois, l’incroyable retard dans la prise de conscience collective de la diffusion du VIH chez les toxicomanes français et l’absence de mesures prises pour l’enrayer. Francis Curtet et la plupart des intervenants en toxicomanie y sont pris à partie pour leur incapacité à voir que devant le sida il y avait autre chose à faire que «de s’inscrire dans la dimension de la parole». En 1992, avec la complicité des spécialistes en toxicomanie, il y avait en France moins de 10 places de méthadone, mais plus de 50 000 toxicomanes séropositifs et plus de 10 000 toxicomanes, morts du sida.

Francis Curtet répond en estimant que «le réseau français a été efficace». Et s’appuie pour cela en comparant le désastre sanitaire français à celui de l’Italie ou de l’Espagne, les professionnels de ces pays ayant été encore plus réservés que les Français. On le lui concède volontiers : il y a eu pire. Tant mieux pour lui. Tant pis pour la vie des toxicomanes français, contaminés par le virus du sida cinq fois plus que les Britanniques, et dix fois plus que les Allemands. (E.F.)

Cliquer pour continuer la lecture

Tract de Limiter la casse

Présentation du collectif inter-associatif dans le livre : Peut-on civiliser les drogues ? (annexes) POUR VOIR LE TRACT CLIQUEZ ICI TEXTE : Des toxicomanes meurent chaque jour du sida, d’hépatite B et C, de septicémie, par suicide ou par overdose. Ces morts peuvent être évitées. C’est ce qu’on appelle « la réduction des risques ». Limiter la […]

Cliquer pour continuer la lecture

Drogues : état d’urgence

Point de vue – KOUCHNER BERNARD, ancien ministre de la Santé SUR certains sujets, la France fait l’autruche, tête sous l’aile, et n’écoute pas ce qui se dit ailleurs! Il en va ainsi de la toxicomanie: drogues douces et drogues dures confondues. Concernant les premières, le tribunal de Valenciennes a fait preuve, le 28 septembre, […]

Cliquer pour continuer la lecture

Prévention du sida auprès des toxicomanes : l’heure des bilans.

De retour de Berlin La prévention est-elle efficace ? Concernant les toxicomanes, les travaux présentés lors de la XIème Conférence Internationale ne permettent plus d’en douter : les toxicomanes ont majoritairement changé de comportement et ce changement est suffisant pour infléchir l’évolution de l’épidémie. Nombre de villes enregistrent aujourd’hui une stabilisation voire un recul de […]

Cliquer pour continuer la lecture

Charte de Saint- Tropez *

Adoptée à l’issue de la Première Conférence européenne de réduction des risques (France, Saint Tropez, 14-17 octobre 1993), sous la direction de Jean-Marie Guffens ; Toxicomanie, Hépatite, Sida, GUFFENS J.M. (sous la direction de), Les enseignements de l’histoire », Éd. Les Empêcheurs de tourner en rond, 1994, pp. 463-464. Les participants • Prennent acte de […]

Cliquer pour continuer la lecture

Limiter la casse / Présentation /

Le 19 octobre 1993, le collectif publie un appel dans Le Monde et Libération qui commençait par « Des toxicomanes meurent chaque jour du sida, d’hépatite, de septicémie par suicide ou par overdose. Ces morts peuvent être évitées, c’est ce qu’on appelle la réduction des risques … » et se terminait par : « L’alternative entre incarcération ou obligation de soin est une impasse. La responsabilité des pouvoirs publics est engagée comme elle le fut dans l’affaire du sang contaminé. Parce qu’une seule injection suffit pour devenir séropositif, parce que les toxicomanes sont nos enfants, nos conjoints, nos voisins, nos amis, parce qu’on ne gagnera pas contre le sida en oubliant les toxicomanes, limitons la casse ! »

Cliquer pour continuer la lecture

Drogue : Kouchner préfère la prévention à l’anglaise

François DEVINAT, Libération, Société   Londres, New York et Paris ont confronté leur expérience face à la toxicomanie. Le ministre français a vanté le modèle anglais qui, en facilitant la distribution de seringues et de méthadone, limite la propagation du sida chez les toxicomanes. Londres inflige-t-il à Paris un honteux Trafalgar dans la prévention de […]

Cliquer pour continuer la lecture
Citation et Recherche en cours

Toxicomanie : le sida brave l’interdit

 FOLLÉA LAURENCE   La politique de santé publique en matière de toxicomanie vient de prendre un tournant capital, mardi 27 octobre, lors de la présentation par M. Bernard Kouchner du budget du ministère de la santé devant l’Assemblée nationale. La population des usagers de drogue utilisant la voie intraveineuse est estimée entre 100 000 et […]

Cliquer pour continuer la lecture