Chapitre 13 / LA MÉDICALISATION : UNE ILLUSION DANGEREUSE ?

Le refus de la médicalisation est un des principes fondateurs du système de soins français ; la contestation ou l’errance ne devait pas être médicalisée. Pour légitime que soit cette position de principe, elle a eu sur le terrain des effets imprévisibles. La dégradation de l’état de santé des usagers d’héroïne a été invisible ; […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 14 / QUAND LE CHANGEMENT DES PRATIQUES PRÉCÈDE LE CHANGEMENT DES OPINIONS

Les premières expérimentations commencent au cours des années quatre-vingt avec pour objectif le sevrage. Elles se heurtent à la hantise de h morphine que les médecins se refusent à prescrire, y compris dans le traitement de la douleur. Tous hésitent à utiliser le carnet à souche1, nécessaire à la prescription de la morphine. Quelques médecins […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 16 / DU CONTRÔLE DE L’USAGE AU TRAITEMENT : « MÉTHADONE- INSERTION » À PIERRE-NICOLE

1990, Didier Touzeau et moi-même ouvrons un programme méthadone au centre Pierre-Nicole avec douze patients qui s’ajoutent aux quarante patients français dam les deux centres ouverts depuis 1973. Malgré les limites de œ projet (doses et durée de traitement limitées), nous obtenons clés résultats convaincants : les usagers renoncent à la prise quotidienne d’héroïne. Mon […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 17 / GENÈSE D’UN MÉDICAMENT

Dans l’histoire française des traitements de substitution, le Temgésic a joué un rôle clé à un double titre. C’est principalement avec ce médicament contre la douleur que les médecins français se sont initiés aux traitements de substitution, et c’est encore avec ce médicament que s’ouvre le débat public. La buprénorphine, qui en est le principe […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 18 / MÉDECINS OU DEALERS EN BLOUSE BLANCHE ?

Le débat public s’ouvre avec un appel publié dans Le Monde du 9 septembre 1992 adressé aux médecins généralistes : les patients dépendants d’un opiacé sont clans l’urgente; il faut accepter clé recourir aux médicaments de substitution. En octobre 1992, Bernard Kouchner propose un plan pour répondre à l’urgence du sida; il demande l’ouverture de […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 20 / L A MÉTHADONE EST-ELLE UN SUBSTITUT À LA PROHIBITION ?

La méthadone donne-t-elle accès à un produit ou à un traitement ? Si la toxicomanie n ‘est pas une maladie, la prescription médicale revient à une hypocrite mise en vente libre. Or, dans le régime prohibitionniste imposé par les conventions internationales, l’accès libre à un produit n’a pas toujours des effets heureux ; celui-ci peut […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 22 / USAGERS DE DROGUES OU PATIENTS ?

Les usagers (le drogues, qui se regroupent durant l’hiver 1992 dans l’association ASUD, se réclament des droits de l’Homme même s’ih se droguent. Es doivent pouvoir protéger leur santé, et l’association demande seringues stériles et produits de substitution. Les usagers demandent d’abord des produits injectables, morphine ou méthadone injectable à défaut d’héroïne. Spontanément, celui qui […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 23 / LA CLINIQUE LIBERTÉ, ENTRE TRAITEMENT ET ACTION COMMUNAUTAIRE

À la clinique Liberté, les usagers s’approprient le traitement et,plus largement, la réduction des risques. A Bagneux, la méthadone n’est pas triste, même s’il faut affronter la souffrance et la maladie, l’alcool et la cocaïne. Nous travaillons à la standardisation du traitement. Le choix de Bagneux En octobre 1993, Didier Touzeau et moi ouvrons notre […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 25 / DES RÉSULTATS REMARQUABLES

Les traitements de substitution ont joué un rôle déterminant dans l’amélioration des résultats globaux de la politique des drogues à partir de 1994. Ces résultats sont d’autant plus étonnants que la buprénorphine n’est pas le meilleur médicament pour une prescription large. Il y a bien des détournements sur le marché noir, des injections et des […]

Cliquer pour continuer la lecture

CONCLUSION / Peut-on civiliser les drogues ?

DrJekill ou M. Hyde ? De tout temps, dans toutes les sociétés, les hommes ont consommé des drogues… Telle est l’introduction de l’enquête à laquelle Louis Lewin a consacré sa vie lorsqu’il publie en 1924 Phantastica : quelles sont donc ces substances auxquelles « dès qu’apparaissent les hommes dans le lointain de l’histoire » ils […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 21 / CHANGEMENT DE PAYSAGE

1994 est l’année du basculement Les conférences nationales et internationales se multiplient, des associations d’usagers se créent, un kit avec seringue, le Stéribox, est vendu en pharmacie. Des programmes méthadone, des actions communautaires, des programmes d’échange de seringues s’ouvrent un peu partout. Une salle d’injection est expérimentée. L’innovation se diffuse grâce au soutien d’associations nationales, […]

Cliquer pour continuer la lecture

Annexe : Réduction des risques, résultats, France

La vente libre des seringues en 1987 a été évaluée dès 1988 dans une enquête de TIREP et de l’INSERM, publiée en 1991, montrant qu’environ 60 % des injecteurs avaient renoncé au partage des seringues. En complément des évaluations des actions de terrain, la Direction générale de la santé a mis en place en 1996 […]

Cliquer pour continuer la lecture

Chapitre 24 / L’IRRÉSISTIBLE ASCENSION DU SUBUTEX

En 1994, la prescription en médecine de ville est toujours illégale mais les médecins se forment, apprennent à comprendre l’usage de drogues dans un dialogue avec leurs patients et acquièrent les connaissances scientifiques nécessaires au traitement. En mars 1995, le ministère annonce la mise sur le marché de deux médicaments, la Méthadone et le Subutex. […]

Cliquer pour continuer la lecture

Les politiques de lutte contre la drogue : le tournant de la réduction des risques liés à l’usage de drogues

Publié dans Les Cahiers de l’Actif, n°310-311, mars-avril 2002   Échanges de seringues, méthadone, boutiques où les usagers de drogues sont accueillis avec sandwich, douches et infirmières soignant plaies et abcès ou encore testing dans les raves et free-parties pour identifier la présence de l’ecstasy, finalement, la France s’est mise à l’heure européenne. Et pourquoi […]

Cliquer pour continuer la lecture